Vers une consommation heureuse

Chaque semaine, un Français a le choix entre 1 250 nouveaux livres, 10 nouveaux parfums, 13 nouveaux films, consomme en moyenne une boîte de médicament et 1,5 kilo de viande ! Notre volume annuel de consommation est trois fois plus élevé qu’il ne l’était en 1960.

Nous sommes devenus accros à la consommation, et cette addiction n’est quasiment jamais questionnée.

Élisabeth Laville n’est pas une « décroissante ». Mais cette diplômée d’HEC, spécialiste du développement durable, nous explique pourquoi la consommation frénétique d’aujourd’hui est un piège.

Individuellement, le bien-être décroît avec la consommation de biens matériels une fois nos besoins essentiels assouvis.

Collectivement, cette course folle épuise les ressources naturelles et dérègle le climat.

Y a-t-il une alternative ? Oui, et elle est déjà à l’œuvre en France et dans le monde au sein d’entreprises et de villes qui inventent la consommation de demain. Réjouissons-nous : elle nous rendra plus heureux.

Voir la suite :