Je vais m’y mettre

Fred, la petite quarantaine, surfe sur l’écume des jours. Après des années à enchaîner jobs alimentaires et périodes de chômage, il a renoncé à faire carrière. Il passe désormais ses journées à dormir, manger des Knacki devant les émissions de Sophie Davant et boire des demis au bistrot du coin en attendant l’amour.

Jusqu’au moment où il découvre qu’il arrive en fin de droits, et que ses maigres allocations disparaîtront bientôt. Il n’a plus le choix : il doit s’y mettre. Un emploi salarié ? Il n’en trouvera pas. Mais des ennuis, oui. Fred, par paresse ou naïveté, a une fâcheuse tendance à se laisser glisser dans les embrouilles…

De Paris à Malaga, Je vais m’y mettre nous embarque pour une série d’aventures drolatiques en compagnie d’un personnage aussi attachant que désabusé. Une comédie d’aujourd’hui où, derrière les éclats de rire, se dessine le devenir de la génération précaire.

« Dans cette tragicomédie corrosive, Florent Oiseau dresse le portrait sans fard d’une société à l’absurde esprit de compétition. »
Livres Hebdo

« Quel style, quel humour ! Un bail que je n’avais pas autant ri. »
Libraire Périgourdin (Babelio)

« Merci pour ces belles tranches de rire ! »
Christelle, Librairie Rue De Verneuil (Annecy)

« Un premier roman à ne surtout pas manquer. »
Antoine, Librairie Michel (Fontainebleau)

« Derrière la loufoquerie, un premier roman gouailleur et incroyablement maîtrisé. »
Magazine Néon

« L’ouvrage le plus désinvolte de la rentrée et assurément l’un des plus drôles. »
AFP

« Une leçon de vie comme un soufflet, une injonction à se prendre en mains ! »
Hortense, Librairie FNAC (Nemours)

« Un roman tour à tour jubilatoire, truculent, décalé, provocant, totalement barré. »
Sophie Galinier, Libraire (Toulouse)

« Florent Oiseau nous plonge dans le quotidien banal d’un antihéros normal, et assurément familier, qui, loin de faire rêver, redonne le sourire par son incomparable fainéantise. »
Metrotime.be

Voir la suite :