La Naissance d’un père

« La paternité est la grande affaire de ma vie adulte. Elle a occupé une large partie de mon temps. Mon premier enfant est né quand j’avais vingt-cinq ans ; mon cinquième quand j’en avais quarante-deux. Quatre garçons, une fille. De deux mères différentes.

J’ai attendu que le cycle des naissances s’achève pour raconter cette expérience. J’en ressentais le désir depuis longtemps. Les romanciers, les intellectuels, s’ils évoquent souvent leurs pères, restent très discrets sur leur propre paternité. En un sens, je les comprends. Écrire sur ses enfants, c’est prendre le risque de la partialité. Et puis, comment alimenter le romanesque avec des petits pots ?

À mesure que j’avançais dans l’écriture, j’ai pourtant eu la sensation de relater une épopée. Dans les romans de chevalerie, il y a des duels, des moments lumineux et violents où l’on joue sa peau – comme lors d’un accouchement. Il y a des épreuves aussi – et s’occuper de ses enfants, c’est en affronter sans cesse. Il faut écarter les dangers autour d’eux, en traçant une route.

Si la filiation est une expérience épique, c’est encore qu’elle nous confronte à notre propre mort. Nos enfants sont ce que nous laissons sur Terre après nous. Dans la logique des choses, ils se trouveront réunis autour de notre cercueil. Mais cela n’a rien de triste. À mesure que nous vieillissons, nous transférons sur eux notre amour de la vie. » Alexandre Lacroix

« Une merveilleuse épopée »
Madame Figaro

« On y est très ému par le sujet rarement évoqué en littérature, et emporté par la narration qui court au rythme d’une pensée complètement libre, jamais là où on l’attend ! On y retrouve le bonheur de lecture des grands romans, qui vont trouver leur inspiration dans le quotidien mais sont traversés de grandes questions, et bousculent au fil des pages une foule de stéréotypes et de tabous, sans jamais passer en force, uniquement par l’expérience d’une sensibilité et la puissance de l’écriture. »
Librairie Passerelles

« Un récit d’une formidable franchise sur les bouleversements liés à la paternité. A lire avant de se lancer dans la grande aventure de la famille ! »
Librairie Durance

« Notre pépite de la rentrée littéraire! Un récit autobiographique où le temps suspend son vol, où l’ordinaire devient extraordinaire, le tout mêlé de simples réflexions philosophiques sur le beau métier de père. Le genre d’ouvrage pour lequel on annule tous nos rendez-vous pour en terminer la lecture et donne envie de devenir un super papa. »
Librairie Colibri

« Un sujet passionnant, un nouveau regard sur cette période marquante de la vie d’un homme. »
Librairie Le Failler

« Alexandre Lacroix mêle l’art d’être père à l’art d’être écrivain. Il transforme nos plongées étroites dans les boyaux tour à tour tourmentés et lumineux de l’intime en visions panoramiques sur la paternité (…) Ce livre est une rareté réussie. Et comme tout ce qui est rare il devient dès ses premières pages, un roman attachant, intelligent et subtil dans sa construction. »
Librairie Sant-Paul

« Un livre inclassable : ni roman, ni autofiction, ni témoignage, ni essai mais un exercice limpide de confessions, d’une rare sincérité. Cela donne un livre réjouissant, plein de petites saynètes parfaitement articulées, qui parvient très souvent, et simultanément, à faire sourire et réfléchir »
Librairie Gibert Joseph

Interviews :

Madame Figaro
Podcast Histoires de darons
France Culture «Être et savoir»
France Inter «Grand bien vous fasse»

> Pour demander un service de presse numérique, rendez-vous sur Net Galley.