Les Fidélités

« J’ai une double vie depuis un an.

J’ai glissé dans cette situation sans opposer de résistance.

Je passe la semaine avec Alix à Paris et je retrouve ma femme et ma fille le week-end à Marseille.

Quand je suis heureux je n’ose plus bouger. Je me fais penser au chien de ma grand-mère qui se transformait en statue quand le chat le léchait.

Qu’est-ce que j’attends ?
Qu’on prenne une décision à ma place ? Un drame ? »

Quelques heures avant de partir à New York fêter Noël en famille, un homme de 54 ans s’enferme dans son bureau pour faire un choix : quitter sa femme ou sa maîtresse.

Un roman d’une rare justesse écrit par une jeune auteure qui signe son premier livre.

 

Les fidélités, succès critique et de librairie, est traduit en huit langues.

 

« Ce livre est servi par un style électrique, tout en sautes d’humeur et en courant alternatif, reflet du brouillage moral de notre héros, mais aussi du brouillage de notre époque où une idée est constamment parasitée par son contraire. Un tour de force. » Patrick Williams – Elle 

« On y croit. On a vraiment l’impression d’être dans cette dualité. Un très beau livre. Un très beau premier roman. » Jessica Nelson – Au field de la nuit 

« Diane Brasseur arrive à se mettre dans la psyché de cet homme avec un naturel confondant. Et ce n’est pas cliché. » Olivia de Lamberterie – France 2 Télématin

 

Voir la suite :